22 octobre 2021

Ecocombust, des notes odorantes perçues jusqu’à 1,8 kilomètres

Le bourg de Cordemais sera-t-il bientôt baigné par une odeur de grillé ?
C’est ce que peut faire craindre le rapport de la commission d’enquête du projet Ecocombust d’évolution de la centrale thermique de Cordemais, consécutif à l’enquête publique s’étant tenue du 4 janvier au 4 février 2021.
En effet, on peut lire page 71 de la première partie de ce rapport que

« lors de la phase 3 [de] « densification de bois déchet », les mêmes notes odorantes [d’évocations « grillées, maltées »] ont été déterminées avec une perception d’intensité moyenne (perceptible dans la respiration normale) entre 400 et 600m. Ces notes odorantes ont été perçues jusqu’à la limite maximale de 1 800 mètres (extinction). »

L’installation de l’usine de production de pellets devant se situer sur le site du parc à charbon, selon le site Géoportail, l’église de Cordemais s’en trouverait à environ 1,3 km et les deux écoles primaires publique et privée respectivement à environ 1,2 km et 1,4 km.

Si la commission est

« satisfaite des dispositions prises par EDF s’agissant de la phase de conception du projet et aussi des équipements industriels destinés à limiter et réduire les odeurs »,

elle n’en rappelle pas moins dans la deuxième partie du rapport (page 18) que

« l’exploitation industrielle de ce procédé de fabrication de pellets générera des odeurs. Les
nuisances olfactives seront perceptibles à 600 m du site, malgré les dispositions prises pour
entreposer la matière brute »

Quid de l’impact au niveau de la Villa Cheminée, du port de Cordemais et de l’espace Terre d’Estuaire, situés à seulement quelques centaines de mètres ?

Sources : 1ère PARTIE : RAPPORT DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE
2ième PARTIE : CONCLUSIONS DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE
Calcul de distances sur le site publique Géoportail

L'écho local

L'écho local est un média écolo indépendant à l'échelle de la communauté de commune Estuaire et Sillon, dans l'estuaire de la Loire.

Voir tous les articles de L'écho local →